Restez connectés

SALON E-MARKETING 2018, LES MOMENTS MARQUANTS CHOISIS PAR PERFEO

Céline Chanussot, notre Directrice Conseil en Stratégie Digitale chez Perfeo a posé ses valises à la Porte de Versailles lors du Salon e-marketing qui s’est déroulé du 10 au 12 avril.

Elle nous fait partager les moments qui ont retenu son attention.

Perfeo : Céline, que penses-tu des tendances du digital pour 2018 ?

Céline : On ne peut pas parler de tendances du digital sur une année comme si on parlait d’une mode saisonnière.

Par exemple, cette année, le salon était très orienté autour de l’IA (Intelligence Artificielle) qui n’a pu voir le jour que grâce à l’exploitation des données, un thème traité depuis de nombreuses années, la fameuse « Big Data ».

Le digital évolue et se développe au fil des ans, porté par la technologie et poussé par les attentes ou l’adhésion des consommateurs.

P : justement, en parlant de données, j’imagine que le RGPD était dans toutes les bouches ?

C : Oui, et surtout de toutes les inquiétudes, car dans un peu plus d’un mois (le 25 mai 2018) toutes les entreprises, quelles que soient leurs tailles, devront être en règle vis-à-vis de ce règlement européen de protection des données. Quand certaines conférences évoquaient « une formidable opportunité », on voit bien que c’est avant tout un véritable casse-tête à mettre en place.

D’un autre côté, c’est une nécessité de définir un cadre clair sur l’exploitation et la sécurisation des données, l’exemple récent de « l’affaire Facebook » nous le prouve. Les marques doivent établir un contrat de confiance avec leurs consommateurs sur ce sujet.

P : tu évoquais l’IA comme un des sujets phares du Salon, peux-tu nous en dire plus ?

« Je veux que nous ayons des champions de l’intelligence artificielle ici en France, et attirer les champions du monde entier »

précisait le Président Macron au magazine « Wired » le 29 mars.

C : bien-sûr, il y a eu des conférences passionnantes sur ce thème. On voit clairement que c’est le début, la technologie est là avec leurs algorithmes et leur nouveaux spécialistes comme les Data Scientists.

Emmanuel Macron évoquait lui-même la semaine dernière lors de son entretien au magazine américain « Wired » et lors de son intervention au Collège de France, sa volonté de faire de la France un pôle d’excellence de l’IA ; un engouement au plus haut niveau !

P : Céline, as-tu des prévisions à nous donner sur les perspectives de l’IA ?

C : il faut savoir que les investissements sont colossaux en matière IA, on parle de 2 milliards en 2018 avec des projets qui gagnent en maturité et on évoque + de 7 milliards à l’horizon 2022. Il faut savoir que Facebook y consacre 10 millions par an. 

Le cabinet de conseil Gartner prédit que 85 % des interactions des consommateurs avec les commerçants seront automatisés d’ici 2020, cela signifie qu’il n’y aura plus d’interventions humaines.

P : tous ces chiffres nous font tourner la tête, mais concrètement quels projets d’IA peux-tu nous citer ?

C : l’IA sera avant tout au service de l’expérience client, le but étant d’améliorer cette expérience, que ce soit en matière de publicité ou de relation client. Certains ne parlent plus d’”Intelligence Artificielle” mais d’”Intelligence Augmentée”, une aide pour les équipes commerciales, marketing, SAV…et non un remplacement. 

Pour exemple, Blablacar, qui a fait part de son retour d’expérience sur le sujet, voit en l’IA une aide précieuse pour recommander le meilleur trajet à un co-voitureur, le plus proche de son porte à porte.

La puissance de la donnée doit pouvoir mieux comprendre la motivation du consommateur et l’IA pourra permettre de pousser le bon message au bon moment (enfin !).

L’IA va permettre la génération automatique de contenus par la contextualisation et de personnalisation des messages avec un niveau de granularité extrêmement fin, le « one to one » va enfin prendre tout son sens.

P : Céline, qu’as-tu envie de nous dire pour conclure ?

C : avec ou sans l’IA, on est déjà bien installé dans l’ère du « customer centric ». Pour rentrer sur Marseille, j’ai pris le TGV qui offre une expérience client intéressante (quand on met de côté les perturbations du moment).  

Ça commence par la sécurisation à l’accès au train avec les portiques, l’attention à bord du train pour savoir si la température du wagon nous convient (en 1ère car à l’aller, j’ai voyagé en 2nde et je n’ai vu passer personne), la possibilité de commander son repas sur l’application pour éviter l’attente au bar, le passage du personnel pour vider les déchets, la possibilité de commander son taxi auprès d’un agent SNCF et enfin à l’arrivée, du personnel qui se propose de vous porter vos bagages quand on est bien chargé. 

Tout est fait pour nous faciliter le voyage et nous faire passer un bon moment, des marques d’attention appréciables… surtout après 2 jours à courir dans les allées du Salon E-marketing 😉